Accueil du siteOnex : L’avenir des jeunes d’Onex
Le concept d’avenir

Notre enquête de terrain aborde l’avenir sous toutes ses formes : formation/profession, famille (vision du couple, mariage,…), amitié, logement. Nous nous sommes alors demandés ce que signifiait réellement la notion d’avenir d’où notre intérêt de clarifier ce concept.

Pour commencer, il faut savoir que depuis fort longtemps, de multiples études, menées par diverses disciplines de sciences humaines, ont traité du temps. De nos jours, ce sont particulièrement la psychologie, l’anthropologie et la sociologie qui s’appliquent à étudier les différentes conceptions et représentation du temps détenues par les êtres humains. Cet intérêt porté au temps s’explique principalement par les inquiétudes et questionnements quant aux modifications technologiques et économiques de nos collectivités.

La sociologie, pour sa part, s’attache davantage aux « temporalités sociales ». Mais que veut dire cette dénomination ? Je me le demande. C’est dans le livre intitulé « Les temporalités sociales » de Daniel Mercure qu’une réponse peut être trouvée. Il nous y donne la définition suivante : « (…) la réalité des temps vécus par les groupes, c’est-à-dire la multiplicité des conduites temporelles et des représentations du temps liées à la diversité des situations sociales et des modes d’activité dans le temps » (Mercure 1995, p.13). » [1]

L’avenir
Entre passé et avenir

L’auteur tient également à insérer trois notions supplémentaires facilitant la compréhension du concept des temporalités sociales. Il s’agit de la « multiplicité des temps sociaux, les rythmes collectifs et l’horizon temporel. » La multiplicité des temps sociaux est : « […] la différence et la pluralité des temps vécus ainsi que l’hétérogénéité des modalités des temps collectifs dans les divers secteurs de la réalité sociale » (Mercure 1995, p.17). La perception du temps diffère selon la réalité sociale à laquelle nous appartenons, c’est-à-dire à laquelle nous nous identifions. Le rythme collectif, quant à lui, réfère « […] à la succession de mouvements sociaux périodiques d’intensité variable dans un temps défini… » (Mercure 1995, p.18). Enfin, l’horizon temporel est : « Le domaine ouvert, au sein des groupes et des sociétés, aux deux grandes perspectives temporelles que sont la reconstruction du passé et l’anticipation de l’avenir. L’horizon temporel peut être considéré à la fois comme le champ de certaines pratiques temporelles et le lieu d’exercice des différentes représentations du temps » (Mercure 1995, p.20). [2]

Ensuite, les représentations de l’avenir se situent sur un axe temporel. Le temps se subdivise en trois axes : le passé, le présent et l’avenir. Tous nos agissements se situent sur l’un de ces axes. Dans nos sociétés occidentales, nous mettons l’accent sur l’avenir et l’avenir définit l’homme.

L’avenir propre à chacun ainsi que celui perçu globalement intrigue, questionne, angoisse, l’homme depuis la nuit des temps. D’ailleurs nous avons pu constater à quel point il prend une place importante chez les jeunes ou adultes en devenir, cherchant leur place. Ne sachant pas prédire la suite de notre vie, nous nous sentons désarmés. L’avenir n’est pas rassurant et engendre bien souvent des sentiments d’inquiétudes. Nous avons conscience que nos conduites se répercuteront d’une manière ou d’une autre sur notre avenir sans connaître réellement son impact. L’être humaine tentera alors éventuellement de faire appel à l’astrologie afin d’obtenir des prédictions. Cependant, l’avenir restera toujours synonyme d’incertitude, car il n’est pas encore actuel.

Pour finir, selon Daniel Mercure, les propos tenus au sujet de l’avenir se sépareraient en deux. Il y aurait d’un côté le champ du futur et de l’autre celui de l’à venir. « L’à venir fait référence à la conservation du présent, ce qui vient à nous. Le futur porteur de projet est ce vers quoi l’on va ; il serait en quête d’un présent autre. Mercure prétend également que dans nos sociétés modernes, l’avenir serait plutôt orienté vers le champ du futur que celui de l’à venir. » [3]

Lien avec la fiche de lecture

Taiana Gillioz
 

[1] VAN NIEUWENHUYSE Hélène, LEMAY Anne-Marie, COTTINET Sébastien, « Les représentations sociales de l’avenir chez les jeunes Québécois », p.8.

[2] VAN NIEUWENHUYSE Hélène, LEMAY Anne-Marie, COTTINET Sébastien, « Les représentations sociales de l’avenir chez les jeunes Québécois », p.8.

[3] VAN NIEUWENHUYSE Hélène, LEMAY Anne-Marie, COTTINET Sébastien, « Les représentations sociales de l’avenir chez les jeunes Québécois », p.10.

Articles de cette rubrique
  1. Le profil des jeunes interviewés
    3 janvier 2009

  2. Carte d’Onex et des lieux de rencontre
    15 décembre 2008

  3. Le concept d’avenir
    15 décembre 2008

  4. Qu’est ce que la jeunesse ?
    1er janvier 2009

  5. Les représentations sociales
    3 janvier 2009