Accueil du siteOnex : L’avenir des jeunes d’OnexLe coin des artistes : Nos ateliers
Atelier photo
Par Taiana Gillioz

Dans un premier temps, je me suis inscrite dans l’atelier photo car mes compétences dans ce domaine étaient quelque peu limitées. J’avais donc envie de me perfectionner en la matière.

J’ai reçu mon premier appareil photo, il y a une année. Depuis, j’ai immortalisé de nombreux événements importants tels que le baptême de mon filleul, un mariage, des anniversaires et des voyages. Cependant, j’ai toujours été un peu déçue de mes photos. Les personnes que je photographiais avaient toujours des sourires forcés ou les images étaient mal cadrées. Je trouvais mes résultats superficiels et voulais quelque chose de plus naturelle. J’ai alors saisi l’opportunité d’acquérir de nouvelles capacités artistiques offerte par le module Oasis. L’unique bémol était que les photos allaient être prises avec un appareil photo jetable et non pas avec un appareil numérique. J’appréhendais cela fortement car nous ne pouvions voir le fruit de notre travail qu’une fois la pellicule terminée. J’étais tout de même enthousiaste de savoir ce que cela pouvait donner.

Dans un deuxième temps, nous rencontrions notre professeur de photo chaque lundi après-midi. Nous avons commencé par visionner un reportage sur un photographe de guerre. Ce dernier m’a énormément questionné dans le sens où je me demandais où étaient les limites de ce type d’approche. J’ai eu un peu de peine à concevoir et à accepter une telle démarche. Ensuite, nous avons dû réaliser une brève présentation sur l’un des photographes présenté par Serge Boulaz. Par la suite, il a nous a fait visiter son atelier et une galerie. Puis, Serge s’est rendu sur nos terrains respectifs afin de nous proposer des démarches en adéquation avec notre thématique. Celle de notre groupe est l’avenir des jeunes d’Onex. Ma démarche a été de prendre des jeunes en photo qui regardent vers l’avenir. J’y ai ajouté le symbole du chemin, car pour moi la vie est un chemin que nous devons traverser avec ses obstacles, ses lignes droites et contours.

Les lundis suivants étaient consacrés à des mises au point, aux éventuelles questions et des temps nous étaient donné afin de nous rendre sur le terrain.

Les consignes et notions en tête, je suis allée à la rencontre des jeunes avec mon appareil photo jetable en poche. Ces rencontres étaient programmées puisque notre choix méthodologique a été de constituer des groupes de discussion. À la fin de chaque entrevue, je prenais les jeunes en photo. J’ai été étonnée du nombre de jeunes qui ont accepté de se faire prendre en photo. Je pense qu’ils ont donné leur accord, car une confiance s’est installée au fil des entretiens.

Une fois, le film terminé, nous donnions nos appareils au magasin de développement. Le lundi qui suivait, nous pouvions voir le résultat. Mon premier tirage fût catastrophique. La pellicule était vide. Personne n’a su l’expliquer.

1er tirage
Défaut de fabrication, innexplicable

J’ai donc dû recommencer mon travail. J’ai recontacté tous les jeunes, pris des rendez-vous et me suis rendue expressément à Onex. Le deuxième appareil photo avait également un défaut de fabrication. Heureusement, j’en avais un troisième qui m’avait été donné par une collègue de classe. Le résultat n’a guère été meilleur. En effet, nous rencontrions les jeunes le soir et le flash des jetables n’est pas de bonne qualité.

2ème tirage
Défaut du flash

Malgré la malchance qui me poursuivait depuis le départ et qu’on m’est dit que l’atelier photo était terminé, j’ai pris la décision de me rendre à nouveau sur le terrain. Je ne pouvais pas me faire une raison et pénaliser tout le groupe avec des photos « misérables ». Cette fois, j’ai pris mon appareil numérique. Le fruit de mes efforts et de ma persévérance ont finalement payé. Par ailleurs, le groupe s’est montré très compréhensif et solidaire à mon égard. L’un deux s’est déplacé à Onex pour faire des photos et pour m’éviter un déplacement supplémentaire.

3ème tirage
Retour au numérique

Pour conclure, je tiens à ajouter qu’il nous manquait de la pratique. Le retour au jetable m’a posé quelques difficultés et il m’aurait fallu davantage d’exercices et d’entraînements. J’ai acquis des compétences en photo telles que la manière de cadrer, l’attention qui doit être portée à la lumière et le travail de différents photographes que je ne connaissais pas auparavant.

Lien vers la galerie photos

Taiana Gillioz
 
Articles de cette rubrique
  1. Atelier Web
    3 janvier 2009

  2. Atelier croquis
    4 janvier 2009

  3. Atelier photo
    5 janvier 2009

  4. Atelier son
    6 janvier 2009