Accueil du siteRendez-vous à Onex : Où, quand, qui et pourquoi ? Ils l’ont dit...
Un groupe de jeunes au Parc de la Mairie

Entretien fait avec quatre jeunes dans le Parc de la Mairie le lundi 17 novembre 2008 vers 15h.

Un jeune du groupe est âgé de 17 ans et souhaite devenir éducateur. Il va à l’Ecole de Culture Général. C’est lui qui sera notre principal interlocuteur pour cet entretien.

Il habite à Lancy, mais va à l’école à Onex depuis 12 ans.

Lorsqu’il a envie de s’amuser, il sort surtout en ville, à Genève.

Avant, son groupe avait le droit de « squatter » la cour d’école des Bossons après la fin de l’école. Le concierge laissait même le collège ouvert pour qu’ils puissent utiliser les toilettes ! Ils se sont déplacés au Parc de la Mairie pour pouvoir faire plus de bruit sans déranger personne. Et cela de leur propre initiative !

Le parc de la Mairie est un parc tranquille, dans lequel ils peuvent y trouver du calme et "faire les cons", sans la surveillance des parents. "C’est ma première maison". Ce groupe d’amis se connaît depuis l’école, mais a commencé à se fréquenter par la suite, lorsque les jeunes ont commencé à sortir en ville. "C’est également un beau parc, avec beaucoup d’espace". Ils peuvent y courir, se battre, jouer au foot sans déranger le voisinage. Ils peuvent même arriver à quarante-cinq personnes, il y aura toujours de la place pour que tout le monde puisse s’asseoir. L’inconvénient est qu’en jouant avec des ballons, ils cassent des vitres de la Mairie ! "La semaine dernière, on en a cassé deux. Mais sans faire exprès !"

Il arrive que le personnel de la Mairie leurs parlent de manière agressive. Dans ce cas, les jeunes ne les écoutes pas, ne font pas ce qu’on leurs demandes, juste pour embêter. "S’il nous parle mal on reste là juste pour embêter." En revanche, lorsque les choses leur sont demandées gentiment et poliment, ils écoutent volontiers et ne "foutent pas le bordel".

Plus loin se réunit également le "groupe des grands" (entre 20 et 25 ans). Quelques uns sont les grands frères de certains jeunes qui "zones" sur le banc du cèdre. Malgré tout, ils ne se mélangent pas. Ce ne sont pas les mêmes intérêts communs.

Les groupes se forment par affinité et par amitié. Donc si un nouveau devait arriver dans le groupe, il serait bien accueilli et vite accepté, pour autant qu’il soit "tranquille." [1] Ils l’accepteraient aussi facilement pour lui éviter de se retrouver dans les endroits peu fréquentable" d’Onex, comme par exemple la Calle ou devant la Coop. Entre eux, ils appellent ces endroits "kosovars land". Bien entendu, le nouveau devrait avoir un comportement adéquat et "bien parler." [2]

A partir de 22h, des agents de la sécurité font des rondes. De façon générale, il n’y a pas de problème tant que les jeunes ne chahutent pas trop. Sinon, le sécuritas leur demande de ranger et les laisse tranquille. A l’exception de un de ces agents, qui lui, n’accepte pas qu’ils s’asseyent sur le petit muret. Dans ce cas, les jeunes ont demandé aux travailleurs sociaux du BUPP de faire une médiation avec lui. Apparemment, ces derniers lui auraient parlé et la situation ne serait plus problématique, selon eux.

Suite à plusieurs plaintes quant aux mégots de cigarettes qui étaient jetés par terre, les "grands" ont construit un cendrier aux couleurs du mouvement Reggae. Ce dernier est toujours en place, bien qu’il ait un peu perdu de sa couleur originale. "Ce cendar il est à nous, c’est chez nous ici !"

Le problème des structures et des institutions est qu’il y a toujours trop de monde qui fréquentent ces lieux. Certains nous ont dit qu’ils appréciaient la Villa Tachini pour aller y manger, y faire un billard ou alors pour les petits jobs qu’ils ont à leur proposer. Cependant d’autres disent ne pas fréquenter ces structures car elles ne servent à rien.

Un des jeunes nous demande d’insister sur le fait qu’ils ne sont pas délinquants. Il dit en avoir marre de devoir sans cesse se justifier auprès des "vieux" que ce n‘est pas parce qu’il est jeune qu’il est délinquant. "Ce n’est pas parce qu’on traîne ici qu’on est délinquant ! Nous on est tranquille, on ne dérange personne. Faut arrêter de nous juger !"

 

[1] Tranquille, signifie pour ces jeunes"pas agressif", "zen"

[2] "Bien parler signifie pour ces jeunes, "parler de manière non agressive".