Accueil du siteOnex : L’avenir des jeunes d’OnexLe coin des artistes : Nos ateliers
Atelier Web
Par Stéphanie Salvi

Le 22 septembre, tous les ateliers nous sont présentés : croquis, photos, son et web. Après de longues hésitations, j’ai choisi de m’inscrire à l’atelier web : un grand défi pour moi qui ne sais utiliser que le strict minimum en informatique. Je me suis dit qu’apprendre à travailler sur un site web ne pouvait que m’être utile pour la suite étant donné qu’aujourd’hui, la majorité des choses passent par ce biais là.

Premier cours, l’enseignant nous parle d’open source, de pixel, de mots jusque là incompréhensibles pour moi. Je débarque complètement, j’ai l’impression qu’on me parle dans une langue étrangère ! L’enseignant recommence devant nos visages dépités. Je commence à comprendre certaines choses et même à y porter un intérêt, ma curiosité me pousse à chercher le sens des informations. Au début, beaucoup de théories et d’exercices pour mettre en pratique mais comme sur le terrain nous commençons à peine, je travaille sur des documents fictifs, j’ai de la peine à concevoir la forme que prendra le site.

Puis, lentement, les premiers documents arrivent, j’apprends à mettre en page les textes à travers un monde bien différent de Word. Puis, les premiers croquis à télécharger et à redimensionner : le site commence à prendre une certaine couleur. A ce moment, je réalise la charge de travail que demande une telle tâche. Cette contrainte m’oblige à organiser une séance avec mes collègues de terrain afin de définir un planning si je veux pouvoir tout faire. Je prends surtout conscience que si je veux que le site soit attirant et complet, nous ne pouvons pas juste mettre en ligne les articles demandés. Il est indispensable d’écrire un petit article présentant le sujet, faire d’innombrables brefs descriptifs, ajouter des articles permettant de mieux comprendre les articles de fonds. Enfin, je découvre tout le travail supplémentaire à accomplir pour que le site soit complet. Je suis consciente également que beaucoup reste à faire aux enseignants pour rendre la totalité du site attirant : couleur des fonds, présentation du module et j’en passe.

La folie d’internet
Des textes à en perdre la tête…

Cet atelier m’aura fait passer par toutes les phases :

  • Déboussolement : je ne comprends rien
  • Dépression : la charge de travail est énorme
  • Stress : je n’y arriverais jamais à temps

Malgré tout, à l’heure actuelle, ma partie du site a beaucoup évolué et je commence à être fière du résultat. Je sais où je veux aller et le travail nécessaire encore à fournir. J’ai beaucoup appris tout au long de cet atelier. En plus d’avoir acquis les outils pour un site web, j’ai également eu plein d’information sur les photos. N’ayant pas d’appareil photo numérique, j’ai pu découvrir plein d’éléments techniques en matière d’image. Pour ma vie personnelle, ces apprentissages se sont avérés très utiles.

Si je dois faire une critique concernant cet atelier, je trouve que la tâche de travail est très grande. J’aurais trouvé judicieux que dans chaque groupe d’enquête, il y ait deux étudiants formés en web. Le gros du travail arrive à la fin du module : photos et croquis arrivent en même temps sur les dernières semaines. Les textes, les retranscriptions d’entretiens s’accomplissent en parallèle. Au début, nous ne pouvons rien avancer sur le site et sur les dernières semaines tout arrive ensemble. Heureusement pour moi, une des personnes de mon groupe m’aide énormément mais malgré tout, je reste surchargée. Nous sommes actuellement en fin décembre, à quelques jours des vacances et lorsque je regarde tout ce qu’il me reste à faire, je me sens vraiment stressée : faire les liens entre les textes, insérer des photos, des croquis et du son. Tant de choses encore inachevées et encore tant de textes à venir.

Nos amis les ordinateurs...
…sauf durant les bogues informatiques

De plus, je trouve que notre position de web master est délicate car nous ne pouvons pas avancer si les autres étudiants n’ont pas écrit leurs textes. Nous sommes complètement tributaires de leur avancée. J’ai parfois eu le sentiment de devoir faire "la cheffe" en leur rappelant sans cesse les délais, en leur mettant la pression pour qu’ils rendent dans les temps. Je trouve cette position difficile en particulier lorsque le groupe ne se connaissait pas d’avant. Néanmoins, ils ont fait des efforts pour respecter au maximum les délais que je leur avais fixés.

Puis, nous avons vécu durant les vacances les aléas de l’informatique en découvrant l’impossibilité de travailler lorsque le serveur de l’IES décide lui aussi de prendre des vacances. Ces quelques jours où nous n’avons pas pu nous connecter au site m’ont mis très en retard sur le planning car je comptais sur ces jours fériés pour avancer. Ce bogue informatique m’a donc obligé à travailler sur des heures plus concentrées. Cette situation m’a particulièrement stressée car j’ai un emploi du temps très chargé et ce contretemps m’a forcé à devoir réorganiser tout mon temps, ce qui peut s’avérer délicat lorsque l’on travaille en parallèle aux études.

Pour conclure, je suis très satisfaite d’avoir choisi cet atelier même si il me demande beaucoup de temps et d’organisation. Je remercie l’enseignant de web pour sa patience et sa disponibilité auprès de chacun d’entre nous, car il n’est pas évident de transmettre ces informations à tant d’étudiants n’ayant aucunes connaissances en informatique ! Actuellement, je me réjouis de terminer ce site et de voir enfin le résultat final !

Souriez !
Tout est bien qui finit bien, n’est-ce pas ?
Stéphanie Salvi
 
Articles de cette rubrique
  1. Atelier Web
    3 janvier 2009

  2. Atelier croquis
    4 janvier 2009

  3. Atelier photo
    5 janvier 2009

  4. Atelier son
    6 janvier 2009