Accueil du siteLes Avanchets : La seconde générationEntretiens
Entretien Madame Vasquez

Questions centrées sur l’identité et la mission :

Prénom, nom

Catherine Vasquez

Habitez- vous le quartier ? Si oui depuis combien de temps ? Travaillez-vous dans le quartier ?

Oui depuis 1995, mais j’ai commencé à travailler à l’éclipse comme stagiaire en 1989. J’ai rencontré mon Mari ici, il a toujours habité le quartier et aime y vivre.

Quelles sont vos missions ?

Identique aux autres centres de loisirs, nous agissons selon la charte des centres de loisirs. Plus spécifiquement nous accueillions, encadrons des ados de 12 à 17 ans pendant toute l’année.

Mais encore, les loisirs, prévention, insertion, santé, culturel mais malheureusement la génération actuelle est très peu culturelle.

« Avant nous accueillions des jeunes de 14-20 ans mais nous avons changé l’âge quand la majorité est passée à 18 ans. »

Quelles sont les limites de votre intervention ?

Local carqueron

L’insertion, l’intégration car il n’y a pas de travail individuel.

Questions centrées sur la jeunesse :

Quels sont les problèmes des jeunes globalement dans notre société ?

C’est une situation très difficile pour les jeunes car c’est la 1er génération qui vivent moins bien que leur parent donc ils peuvent être très inquiet.

Quels sont les problèmes des jeunes en général que vous suivez, encadrer, accompagner … ?

Nous vivons dans une société anxiogène, les enfants angoissent a cause des problèmes des parents  chômage, problèmes psychologiques…

Les ados doivent se battre depuis tout petit contre cette société de consommation école, apprentissage.

alcool + fumette = Anxiété

Mais il ne faut pas oublier que seulement 1% des jeunes que nous rencontrons sont des délinquants.

Quels sont les éventuelles problématiques quand on est amené à travailler avec des jeunes de plusieurs nationalités ? Si oui lesquelles ?

Avant nous étions animateur maintenant on se sent plutôt éducateur. On s’adapte avec le temps.

Nous travaillons avec environ 80% de Kosovar et c’est une culture avec laquelle il est très dur de travailler car il sont toujours en bande et ne sont jamais une seul.

Les Kosovar aiment jouer, faire du sport, se sont des jeunes vifs et intelligents c’est pourquoi des fois ils peuvent énerver les autres….ils provoquent de la jalousie.

Que pourrait-on faire pour les jeunes de différentes nationalité afin de les faire cohabiter ?

Essayer le rassemblement par les âges « couper les groupes »

Y-a t-ils des jeunes de certaines nationalités qui sont plus difficiles que d’autres au niveau de l’intégration au quartier ? Si oui lesquelles ? Et d’après vous pourquoi ?

Y-a t-ils certaines nationalités, certaines cultures qui n’arrivent pas à s’intégrer ?

Les africains viennent moins se mélanger à l’éclipse. Ils viennent pour des activités précises, danser… souvent ils viennent de famille plus pauvre on le remarque surtout l’été car il y souvent que des africains dans le quartier. On ne sait pas quoi leurs proposer. Ils ne cherchent pas la relation et ne jouent pas avec les autres.

Comment s’entendent les jeunes étrangers avec les autochtones ?

Les Kosovars sont les mieux intégrés mais on peut dire que se sont plutôt les autres qui s’intègrent à eux.

Les jeunes d’une autre culture arrive t-ils a concilier culture d’origine et culture d’adoption ? A la maison ? Au quartier ?

Les parents souvent laissent vivrent leurs enfants à la Suisse à l’extérieur, à l’école, à l’éclipse mais dans le cas des Kosovars et du mariage c’est le père qui décide. Jusqu’à la majorité ils font comme ils veulent après c’est la culture d’origine qui prime.

Les parents sont-ils intéressés par la scolarité de leurs enfants ?

C’est très difficile pour les parents qui ne savent pas le français d’aider leur enfants. Les jeunes sont très seul et sont livrés à eux-mêmes quand les parents travaillent.

La participation des jeunes dans l’éclipse, l’ église, la maison de quartier et les autres centres du quartier reflète-elle l’interculturalité des Avanchets ?

Non pas à l’éclipse car nous avons un majorité de Kosovar.

Et-il important pour les parents que ces jeunes aillent aux activités du quartier ?

Une fois hors de la maison les enfants sont à eux-mêmes les parents sont vites dépassés. Nous avons pratiquement aucun contact avec les familles.

Connaissait vous les communautés ethniques qui se réunissent ? Les adolescent viennent-ils à ces réunions/activités ?

Oui il y a des réunions de Portugais, Espagnole et beaucoup de réunions familiale ou tous sont là grand-mère, grand-père, oncles, parents…

Questions centrées sur le quartier :

Pourriez-vous très brièvement me présenter le quartier des avanchets ?

Il y’a six rues, Ce quartier est considéré comme une ville. Chaque rue est un quartier et les jeunes ont une identité de rue. Ce quartier est « axé familles » : écoles, places de jeu, etc.

Pourriez-vous résumer le climat du quartier ?

Dans certaines rues il y a un phénomène de ghettoïsation : les vieux sont avec les vieux dans le D2, les « propriétaire » dans l’allée Carqueron et les Kosovars sont entre eux.

 
Articles de cette rubrique
  1. Entretien Jacques
    3 janvier 2009

  2. Entretien Madame Fuschetto
    3 janvier 2009

  3. Entretien Madame Vasquez
    5 janvier 2009