Accueil du siteAvanchets : Les jeunes adultesMine de rien...l’art sert de lien !
Atelier son : Laetitia s’exprime...

A vrai dire, même avec un peu de recul, je ne peux toujours pas expliquer pourquoi je me suis inscrite dans cet atelier là et pas dans un autre. En fait, j’ai procédé par élimination : le web ne m’intéressait pas vraiment, je ne possède aucune patience dans l’informatique. Ensuite, je n’ai pas osé m’inscrire dans l’atelier croquis étant donné que je ne sais même pas dessiner une fleur ! Il me restait donc le choix entre la photo et le son. L’atelier photo étant pris d’assaut par les deux tiers de la classe, je me suis orientée dans l’atelier son. Pourquoi ne pas tenter une nouvelle expérience ?

Dès le premier cours, je me suis demandée si je n’allais pas regretter mon choix. Yann Giorgia parlait à mon sens le chinois ! Je ne comprenais rien aux différents termes techniques. Il nous a ensuite présenté le programme sur lequel nous allions travailler ; Audacity. Yann nous encourageait à faire des tests, de « trafiquer » un peu dessus. Mais le problème, c’est que je ne disposais pas d’enregistreur, je devais le partager avec un collègue. De ce fait, je n’avais pas de matière pour m’entraîner. J’ai effectué quelques tests sur de la musique, mais je ne voyais pas de sens à faire cela et j’avais plutôt l’impression de perdre mon temps…

Durant de nombreuses semaines, je me suis creusée la tête afin de trouver une idée de projet. A la base, j’avais envie de prendre des petites séquences chez les professionnels rencontrés et de les mixer avec des déclarations de jeunes. Je trouvais intéressant de croiser les points de vue. Mais le problème, c’est que la plupart des interviews effectuées avec les jeunes n’ont pas été enregistrés, ou alors le jeune lui-même ne veut pas que cette bande son ne soit utilisée. Il me manquait donc une part importante de matériel. J’ai changé d’idée de projet lorsque nous avons été invités par les jeunes du local Carqueron pour une fondue. Je me suis dit que c’était l’occasion rêvée de prendre du son. Le but de mon nouveau projet était donc de faire ressortir l’ambiance de ce local en enregistrant une bonne partie de la soirée et en donnant la parole à plusieurs jeunes. C’était également l’occasion d’écouter la musique qu’eux-mêmes avaient créée.

Alors dès mon arrivée au souper, j’ai tout de suite demandé la permission aux invités d’enregistrer des moments de la soirée et d’en utiliser quelques parties pour un petit montage. Tout le monde a accepté et a été intrigué par ce petit engin. Je l’ai fait passer, je l’ai prêté pour que chacun puisse s’exprimer. La plupart étaient quand même gênés mais ça a bien fait rigoler tout le monde.

Ensuite, il a fallu faire quelque chose avec tout ce matériel. L’idée de devoir m’attaquer à cette tâche ne me donnait pas très envie, j’étais persuadée que je n’allais jamais m’en sortir ! Et finalement en un jour et demi j’avais déjà terminé un premier jet. J’ai demandé quelques conseils à mes collègues pour la finalisation et j’ai pu, il me semble, rendre un résultat intéressant, malgré une assez mauvaise qualité d’enregistrement. Disons que j’ai fait ce que j’ai pu avec la musique de fond quasi permanente et les éclats de rire !

Le bilan est donc plutôt positif. J’ai pur acquérir quelques notions de bases en ce qui concerne l’élaboration d’un montage sonore. Cela étant dit, le montage sonore n’a pas suscité en moi une vocation et c’est sans regret que je désinstallerai Audacity de mon PC !